SEP et sexualité

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Le sujet qui fâche.

Qui fâche les malades, et qui fâche les couples, quand on ne sait pas en parler.

C'est déjà un sujet tabou pour le commun des mortels... alors quand la maladie s'en mêle, les problèmes de libido deviennent un sujet source de honte, de tristesse, de conflit, de perte d'amour-propre, et j'en passe ! Du coup on n'en parle pas. Ou le moins possible.

Et le problème reste entier, jusqu'à ce que le couple s'épuise parce qu'aucun des deux ne s'y épanouit et que le problème semble être une impasse. Parce qu'une fois le problème apparu, on se met la pression parce qu'on a le sentiment de DEVOIR faire des câlins au partenaire, parce que c'est NORMAL. Et parfois même, on se force... ce qui ne fait en général que renforcer l'anxiété et nous éloigner encore du plaisir et de l'envie de recommencer !

Alors qu'en fait : bonne nouvelle ! C'est un problème qui revêt plusieurs aspects, et chacun d'entre eux a sa propre parade !

Les facteurs qui font "mal à la libido"

D'abord, il y a la fatigue, avec laquelle aller se coucher devient la libération tant attendue. Et une fois au lit, il n'y a plus la place pour le moindre câlin.
Si vous êtes dans ce cas, il conviendra probablement d'essayer d’adapter un peu vos habitudes avec votre conjoint : peut-être qu'on pourra privilégier une petite sortie l'après-midi pour aller boire un verre avec son amoureux et se donner envie de faire un câlin en rentrant, plutôt que d'attendre le soir, où les batteries sont trop déchargées...?

Ensuite, tout bêtement, la baisse de sensibilité peut rendre peu sensible aux câlins. Forcément : si pour savoir que votre conjoint a la main entre vos cuisses vous avez besoin de regarder... il est aisé de comprendre que cette brave main n'aura pas l'effet escompté, malgré toute sa bonne volonté !
Il est alors inutile d'insister trop, mais il peut être intéressant de tester d'autres choses avec le conjoint pour redonner de l'intérêt à la chose : plein d'endroits du corps ne demandent qu'à être caressés, et à force de patience, nul doute que votre conjoint trouvera des gestes sources de plaisir !

Après, il y a la baisse de moral : si on est inquiet à propos de la maladie, le cerveau reste "bloqué" à l'étage de la survie, dans la pyramide de Maslow, donc en gros, le plaisir semble quelque chose de superflu, pour lui. Il peut donc être intéressant de parler avec le neurologue de ce qui vous inquiète, d'une part, mais éventuellement de parler avec un professionnel (psychologue, thérapeute, coach ou autre) de votre vécu dans la SEP et dans votre quotidien, pour vous libérer de vos angoisses en mettant des mots dessus.
Et plutôt que d'attendre d'avoir envie d'un gros câlin, il peut être plus efficace de commencer par un looong massage pour se décontracter, et prendre le temps vraiment d'en faire un agréable moment de détente !

Et enfin, nombreux sont les malades qui ont la sensation d'être incompris par leur conjoint. Quand on est dans ce cas, il devient alors difficile de ressentir la complicité qu'on avait avant, puisqu'on ne se comprend plus aussi bien, et l'autre a perdu sa majesté : "avant, il me comprenait, il anticipait mes besoins pour me faire plaisir, et maintenant, il ne s'intéresse plus à moi : il est toujours à côté de la plaque".
Là encore, il faut discuter.

Globalement, si vous sentez que la maladie a un trop gros impact sur votre couple, il faut absolument en parler ensemble, soit pour trouver des parades, soit pour accepter que votre couple tel qu'il était avant ne peut plus exister en l'état, et qu'il est temps de créer les bases de votre nouveau couple, avec de nouvelles habitudes, pour tenir compte des nouvelles contraintes : communiquez !!!

Les avantages du massage

On l'a dit plus haut : parfois, plutôt que de se mettre la pression pour se pousser à faire un câlin avec le partenaire, il est plus sain de contourner le problème au lieu de l'affronter les yeux dans les yeux. Et pour ça, le massage est un super allié.

D'abord parce qu'un massage, même tout simple, c'est en général agréable. C'est un don pur et simple. L'autre s'occupe de nous, et la sensation est agréable : c'est notre moment. Et rien que pour ça, c'est censé faire baisser la pression, détendre les muscles et l'esprit, et aider à se relaxer.
Ca aide alors le malade à considérer de nouveau son corps non plus comme une source de douleur, de fatigue, et de peur, mais comme une source de plaisir. Et comme ce plaisir est donné par le partenaire, ça en fait une source de plaisir partagé, et de complicité. Et le couple reprend sa place, son rôle et ses droits.

Et là, parfois le câlin dérapera... et parfois pas. Il est essentiel que le conjoint soit prêt à vous voir apprécier son massage sans obligatoirement avoir un retour sexuel systématique, sinon le massage lui-même sera source de tensions à cause de la notion de "dette" envers le conjoint qui aura pris le temps de donner du plaisir avec son massage, et qu'on ne pourra pas décevoir en disant non pour la suite. Au début, vous pouvez même vous fixer de dire "non" pour la suite avant même le début du massage, pour éviter toute déception, le temps de reprendre confiance en vous et en votre couple (et il est à peu près certain que le conjoint sera d'accord pour un changement de programme si finalement vous vous jetez sur lui ^^).

Enfin, bonus non négligeable : les massages présentent l'avantage de mieux régler le problème de sécheresse vaginale, souvent évoqué par les femmes, parce qu'en moyenne, il semble que 20 minutes soient nécessaires pour que le corps d'une femme soit vraiment préparé à un acte sexuel. Et lorsqu'on va se coucher le soir avec chéri-chéri, on ne prend pas toujours le temps de faire monter l'envie pendant 20 minutes avant de commencer à avoir des mains baladeuses... qui se retrouvent déçues par l'absence de réactivité ! Alors que souvent, ce n'est pas uniquement un problème de maladie : c'est un problème d'impatience, surtout, et beaucoup de femmes y sont sujettes... :)

 

En tout cas, les médecins connaissent ces problèmes, et il ne faut pas avoir peur de demander de l'aide aux spécialistes, quitte à consulter avec le chéri pour qu'il comprenne mieux et que vous trouviez des solutions ensemble, pour continuer à prendre du plaisir ensemble ! ;)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 26/02/2020